Lectures de décembre ’19

Le carnaval des vampires – Olivier Barde-Cabuçon

Relique de mon enfance et de mon adolescence, je suis incapable de résister aux histoires de vampires (les bons vieux vampires charismatiques, pas les guignols qui brillent au soleil, si vous voyez ce que je veux dire…). Alors quand en plus l’histoire a pour décor Venise au 18ème siècle, il y avait toutes les chances pour que j’accroche.

Malheureusement, dans ma précipitation, je n’ai pas remarqué que ce roman fait partie d’une série, et ça ne m’a pas facilité la tâche pour cerner les deux personnages principaux (le chevalier de Volnay et son père) et comprendre les références régulières à leurs passés respectifs…

On sent l’auteur clairement amateur d’art et d’architecture dans ses descriptions, ce qui m’a plutôt plu malgré leur caractère répétitif et parfois redondant. Par contre, l’intrigue m’a parue brouillon et manquant de suspens. Je ne suis pas une grande connaisseuse en termes de livres “policiers”, mais j’ai été frustrée de ne pas voir la réflexion évoluer dans les esprits des enquêteurs et d’être privée, en tant que lectrice, de participation au raisonnement qui les fait passer des faits aux différentes révélations. Cela dit, je donnerais bien une chance au premier opus de la série, si je mets la main dessus.

La consolation de l’ange – Frédéric Lenoir

Auteur et philosophe que j’ai découvert pour la première fois à travers ce petit roman qui se lit en deux ou trois heures. M’attendant à un livre plein de sens, puisqu’il raconte la rencontre d’un jeune de 20 ans qui vient de faire une tentative de suicide et d’une dame âgée en fin de vie qui a connu l’holocauste, je l’ai lu au coin du feu la nuit du passage à la nouvelle année.

Belle déception en ce qui me concerne… C’est typiquement le genre de bouquin qui aurait dû être un essai et pas une fiction. Les personnages sont irréalistes, avec une psychologie de papier mâché, et ne servent qu’à vulgariser maladroitement des idées philosophiques de l’auteur de manière très paternaliste. Les concepts évoqués sont souvent intéressants, mais abordés superficiellement… Quel dommage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.