The perks of being a wallflower

Il y a à peu près 6 mois, je suis tombée en amour avec cette vidéo :

Enchantée du ton donné par ces deux minutes et des poussières, quand le film est finalement sorti, j’ai décidé de ne rien lire, même pas un résumé. Et nom d’un chien, je m’en félicite, je n’en ai été que plus touchée par ce film.

J’ai eu droit à une bouffée de poésie douce-amère, de moments drôles, angoissants, attachants. Ce film parvient à dépeindre l’innocence, l’enthousiasme, mais aussi la maturité d’adolescents qui, chacun à leur manière, ont eu leur lot d’épreuves (et non des moindres).

The-Perks-of-Being-a-Wallflower-poster-e1347647851397-300x300

On voit trop souvent des descriptions d’adolescents soit qui exagèrent le côté ‘écervelé’, soit qui ne correspondent en rien à la réalité. Or c’est un âge de transition où tellement de choses se passent, où on est jamais d’un bloc, où on subit constamment des hauts et des bas. J’ai eu l’impression que l’auteur du livre, qui est aussi le réalisateur du film, avait tout compris.

C’est un bonheur de voir un film où le pathos n’est pas constamment souligné au fluo mais qui, subtilement, fait le portrait de tout ce qui fait la vie : les liens, les aspirations, les déceptions, les malheurs, les accidents…

Logan Lerman (… qui est décidément un mini-Christian Bale!), Emma Watson et Ezra Miller (j’adore ce garçon, je le trouvais déjà fabuleux dans « We have to talk about Kevin ») sont on ne peut plus justes dans leurs interprétations. On croit à leur complicité dur comme fer.

the-perks-of-being-a-wallflower-perks

Ca faisait très très très longtemps que je n’avais plus eu envie de voir un film au point d’aller au ciné seule, mais pour le coup, je m’applaudis. La fin du film m’a laissé tout émue dans mon fauteuil, avec une bonne dose de foi en la nature humaine. Je ne peux que vous conseiller d’aller le voir, en espérant que vous soyez touchés par cette histoire d’ados à la fois tout-à-fait et pas du tout comme vous et moi.

Aussi, mention spéciale pour la bande-originale. Un régal.

10 réflexions au sujet de « The perks of being a wallflower »

  1. J’ai découvert ce bouquin il y a une bonne douzaine d’année. Je l’ai lu en anglais. Plusieurs fois. Il m’a vraiment bouleversé par la justesse de son ton. Dans le même genre, il y a les ouvrages de David Levithan (notamment Nick and Nora’s infinite playlist et Boy meet boy : http://etang-de-kaeru.blogspot.fr/2010/11/boy-meets-boy-roman-damour-adolescent.html).

    Pour moi c’est de la « vraie » litté jeunesse, intelligente, sensible qui offre de l’espoir et fait réfléchir (et là je me retiens très très fort d’écrire tout le mal que je pense de Twilight)

    Je n’ai pas encore vu le film mais je veux vraiment y aller ! Merci pour ce bel article !

    1. Sincèrement merci pour les autres titres! Je vais d’abord lire ‘The perks’, mais les autres suivront de près. J’adore qu’on me recommande des bouquins. :)

  2. Il était dispo dans l’avion pour Mexico en avril dernier. J’étais fatigué mais j’ai commencé à le regarder et ça m’énervait… Alors j’ai coupé après une vingtaine de minutes et j’ai dormi.

    Et depuis j’en entends parler partout et plein de gens que j’aime bien me disent que c’est super. Alors je vais suivre ton conseil et lui redonner une chance! :-)

Répondre à Lucas Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *